Réponse au Courrier de Monsieur le Président Vanherweghem, envoyé à toute la Communauté Universitaire de l'ULB

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Réponse au Courrier de Monsieur le Président Vanherweghem, envoyé à toute la Communauté Universitaire de l'ULB

Message  seb le Lun 20 Sep - 1:25

Bonjour à tous,

Comme vous le savez surement La nocturne 2010 a du être annulée à cause d'une décision du conseil d'administration de l'ULB. Suite à cette annulation un mail a été envoyé par Monsieur Vanherweghem président du CA de l'ULB au sujet de celle-ci. Les administrateurs de l'asbl LA nocturne de l'ULB dont je fais partie ont réagit à cette lettre. Malheureusement nous ne possédons pas les moyens de communications à la communauté étudiante dont dispose le Président du CA, je vous mets donc ci-dessous notre réponse.

Si vous souhaitez recevoir le dossier de pièces justificatives que nous mentionnons tout au long de cet article, n'hésitez pas à nous envoyer un mail à contact.nocturne@gmail.com


Monsieur le Président du Conseil d’Administration de l’Université Libre de Bruxelles,
Monsieur le Recteur de l’Université Libre de Bruxelles,
Monsieur le Vice-président,
Mmes et MM les Administrateurs,
Mmes et MM membres de la Communauté Universitaire,
Chères Etudiantes,
Chers Etudiants,

Dans un souci d’impartialité du débat entourant la 7ème édition de la « Nocturne de l’ULB », nous nous permettons, par la présente, de répondre point par point à la lettre envoyée à l’ensemble de la Communauté Universitaire par Mr Jean-Louis Vanherweghem, Président du Conseil d’Administration de l’Université Libre de Bruxelles (voir Annexe 1). Deux présentations des faits : celle de la plus haute instance de l’Université, l’autre, celle de ses étudiants. Dans ce combat, s’annonçant inégal, l’opinion aura logiquement tendance à croire celui qui préside le Conseil d’Administration de l’ULB depuis si longtemps, plutôt que nous, étudiants. Nous désirons apporter à travers ce communiqué des preuves de ce que nous avançons, ces dernières étant disponibles via les annexes à ce dossier.

1) La Nocturne de l'ULB est un festival musical organisé par et pour les étudiants. L'ASBL Nocturne de l'ULB a toujours eu pour but de promouvoir des jeunes talents belges sur la scène musicale, et de faire rayonner l'Université Libre de Bruxelles dans la Capitale, et in fine, dans l’ensemble de la Communauté Française de Belgique. Nous sommes donc loin de l’idée « d’un simple show musical avec des podiums » et avons toujours mis un point d’honneur à donner une dimension humaniste à cet événement.
De plus, nous nous félicitons de la réussite de cet événement et remercions les 25,000 spectateurs venus l’an passé sur le site, montrant l’intérêt croissant des étudiants pour la Nocturne et pour l’ULB. Nous tenons, par ailleurs, à nous excuser, contraints et forcés, envers l’ensemble des personnes qui, comme nous, avaient à cœur de mener à bien ce beau projet.

2) Nous sommes conscients qu’un événement de cette envergure n’est pas sans risque et nous partageons les craintes que l’ULB peut avoir sur un tel événement. C’est pourquoi la Nocturne de l’ULB a toujours pris ce sujet à bras le corps, d’autant plus, cette année où des réunions régulières ont été organisées avec les services publiques compétents et, où le nombre de gardes privés avait été doublé. Nous aimerions rappeler que l’Université a d’ailleurs souligné : « […] le professionnalisme et les efforts des organisateurs […] » [1]. Par ailleurs, nous désirons mettre en avant ce que disait l’Université à ce propos le 16 octobre 2009 : « Ces problèmes sécuritaires sont liés au type de public attiré par cet événement, mais également et avant tout à la capacité d’accueil du Solbosch qui, n’est pas destiné à accueillir un événement de ce type et d’une telle ampleur ». Nous avons dès lors pris la décision de supprimer une scène, de changer la programmation d’autres scènes [2] et de délocaliser l’événement sur le campus de la Plaine.
Quant à la Croix-Rouge, nous confirmons que d’après le rapport officiel du 5 septembre 2010 qui vous a été transmis, il y a eu lors de la 6ème édition une centaine de soins (soit 0,4 % des spectateurs) et 25 évacuations par ambulance (soit 0,1 % des spectateurs). Remarquons enfin que ces interventions comprennent tous les types de soins prodigués lors de la 6e édition de la Nocturne. (Voir Annexe 3) Et que, à titre de comparaison, ce chiffre monte à 3,5 % pour Werchter, soit dix fois plus.

3) Nous tenons à préciser que le site du Solbosch a été écarté suite aux remarques formulées par Mr. Craps (SIPP), Mr. Janssens (Surveillance Générale) et Mr. Friedmann (Département des infrastructures de l’ULB). Ils ont en effet estimé « que le site du Solbosch ne peut plus abriter la Nocturne pour des raisons d’insécurité » [3].
Nous insistons donc sur le fait que les organisateurs de la Nocturne 2010 se sont logiquement pliés aux demandes des services internes de l’ULB. Ajoutons que la décision d’organiser la Nocturne de l’ULB sur le campus de la Plaine a été transmise aux autorités universitaires le 16 mars 2010, et dans un autre mail du 29 juin 2010 où nous insistons sur les espaces que nous pensions utiliser (Annexes 4, 5 et 6). Dans ce courrier, nous attirions déjà l’attention des services internes compétents pour les zones que nous prévoyions d’utiliser à la Plaine. Comme chaque année depuis six ans, ce courrier appelait l’Université à donner son autorisation à la tenue de l’événement. Nous déplorons à ce sujet, le changement inopiné d’interlocuteur qui, passant, pour la première fois après six ans et ce, sans raison apparente, de Mr Van Damme, Vice-recteur, à Mr Jean-Louis Vanherweghem, Président du CA, que la Nocturne de l’ULB ASBL s’est vue contrainte de subir au milieu du mois d’août 2010.

4) Les organisateurs désirent préciser que lors de la réunion du 03 septembre 2010, réunion durant laquelle les autorités de l’ULB furent présentes pour la première fois, le commissaire de police Devillez rappelle dans le procès verbal cité par Mr Jean-Louis Vanherweghem à l’ensemble des membres (Annexe 7) les changements inhérents à la délocalisation de l’événement sur la Plaine. Ces complications avaient déjà été évoquées lors de la première réunion avec l’ensemble des services compétents et celles-ci avaient été prises en considérations par les organisateurs de la Nocturne en collaboration avec les Pompiers, la Croix-Rouge et la Police locale.

5) Les organisateurs ont à cœur de faire remarquer que les informations transmises le 20 août 2010 furent les mêmes informations que celles envoyées aux services de Pompiers, Police et Croix-Rouge et que ces services ont, eux, estimé le dossier suffisant et transmis dans des délais raisonnables. On peut alors s’interroger sur l’avis du SIPP et sur ses exigences.
De plus, il est difficile de transmettre un dossier complet aux autorités universitaires quand celles-ci changent leurs exigences et ne tiennent pas compte des remarques formulées par les organisateurs quant à ces mêmes exigences (Annexes 8 et 9). Ajoutons même que ces services n’ont pas répondu à nos premiers appels de réunions préparatoires tant interne (Annexe 10) [1] qu’externe (Annexe 11) [2] et que nous estimons injuste de faire porter aux organisateurs la responsabilité du retard accumulé sur ce dossier. Ajoutons enfin, et pour toute information utile, que nous avons effectué un tour du site le 7 juillet 2010 avec MM Halot, Castermant (Infrastructures Plaine) et Dubois (SIPP).

6) Nous rappelons une seconde fois que les informations liées à l’utilisation du Campus de la Plaine ont été transmises aux services compétents le 16 mars 2010 (voir Annexes 4 et 5), et que celle-ci n’était donc pas une « solution de repli » transmise le 24 août 2010, d’autant plus que nous avions déjà effectué une visite sur site le 7 juillet.
De plus, nous tenons à informer que, l’année passée encore, l’autorisation quant à la tenue de la Nocturne n’a été obtenue auprès des autorités académiques que la veille de la tenue de l’événement et que ce fait est courant dans l’événementiel (notons que l’autorisation officielle pour l’organisation de « La Nuit des Lumières » de l’ULB n’a été transmise que la veille par la Ville de Bruxelles). Notons enfin que le courrier de M. Jean-Louis Vanherweghem du 8 septembre 2010 (Annexe 12), 16 jours seulement avant la date prévue de l’événement, stipule : « qu’à ce jour, vous [la Nocturne de l’ULB] n’avez pas l’autorisation » et il ne s’agissait donc pas là d’un refus définitif explicite. Cette non-autorisation nous est parvenu trois jours après nos réactions aux exigences et n’a en rien tenu compte de nos remarques. Nous avons dès lors continué à travailler et tenter de répondre à leurs nouvelles exigences. (Voir Annexe 12)

7) Monsieur Jean-Louis Vanherweghem avait formulé le souhait, au mois de mai, et ce comme une des conditions nécessaires à la tenue de la Nocturne de l’ULB 2010, que les organisateurs travaillent en collaboration avec le Bureau des Grands Evénements de la Ville de Bruxelles (service de la Ville organisateur du Brussels Summer Festival, des Plaisirs d’Hiver, de Bruxelles-Les-Bains, et de plus de 450 événements annuels). Les organisateurs avaient déjà devancé ses demandes puisqu’ils collaboraient depuis le 12 mars 2010 avec le BGE. Nous nous interrogeons donc sur la cohérence de nos Autorités dans leurs exigences (variables et changeantes) et invitons les lecteurs à lire complètement la lettre du BGE (voir Annexe 13)

Cool Nous aimerions rappeler que la responsabilité de l’organisation de cet événement revient tout entière à l’ASBL organisatrice, et non, à l’Université qui ne fait qu’autoriser la tenue d’un tel événement sur son site privé. Nous rappelons que nous, organisateurs, ne possédons aucun avis extérieur négatif sur la dernière implantation en date, et nous nous interrogeons donc sur les propos de Mr Jean-Louis Vanherweghem et l’invitons, le cas échéant, à nous transmettre ces avis. Précisons, par ailleurs, que l’accord des pompiers ne peut être obtenu que le jour même de l’événement, lors du contrôle, par les services de pompiers, de l’ensemble des installations sur site. C’est pour cette raison que les services de pompiers ont régulièrement été tenus au courant et consultés quant à l’avancement du projet par les organisateurs. Ajoutons qu’il serait surréaliste que les services de Pompiers engagent leur propre responsabilité dans un événement d’une telle ampleur (ils ne peuvent que l’interdire en cas de problème).

9) Lors du Bureau de l’Université du 16 septembre 2010, il est à noter que 4 administrateurs sur 9 ont voté pour la tenue de l’événement. Nous tenons d’ailleurs à remercier, ici, publiquement les 2 étudiants administrateurs Mr Alexandre Hublet et Mr Jérôme Lechien ainsi que MM Philippe Vincke et Pierre de Maret de leur soutien. Nous comprenons le vote des autres administrateurs qui, lors d’un « procès » inéquitable (où aucun membre organisateur n’a été invité afin d’avoir l’occasion de défendre le projet), n’ont, logiquement au vu des arguments présentés, que pu s’opposer à la tenue de l’événement.

10) En dépit des embûches, des obstructions et de l’inégalité du combat que nous avons mené et menons toujours contre la décision du Bureau du Conseil d’Administration, le comité organisateur estime encore celle-ci « injustifiée, excessive et irrespectueuse » et déplore toujours « le manque de courage dont fait preuve le Conseil d'Administration ».
Chacun jugera de quel côté est le courage et l'irrespect des personnes…
En conclusion, le comité organisateur de la Nocturne de l’ULB s’interroge sur les réels motifs qui ont subitement imposé un nouvel interlocuteur en la personne de Mr Jean-Louis Vanherweghem, sur les réelles raisons qui ont poussé M. Jean-Louis Vanherweghem et le Bureau du Conseil d’Administration à empêcher la tenue de la Nocturne, et sur la réelle objectivité des responsables des différents services internes impliqués dans le dossier.
Nous ne pouvons que déplorer que le Bureau du Conseil d’Administration ait décidé de s’opposer à un événement annuel devenu incontournable organisé par et pour des étudiants visant à faire rayonner notre Université dans l’ensemble de la Communauté Française de Belgique et nous interrogeons enfin sur la réelle volonté des autorités à organiser de tels événements dans le futur.

Pour la Nocturne de l’ULB,

Le Conseil d’Administration de la Nocturne de l’ULB ASBL



[1] Propos tenus par Mrs Craps, Janssens et Friedmann lors de la réunion de débriefing de la 6e édition de la Nocturne le 16 octobre 2009, voir Annexe 2.

[2] Programmation acceptée d’ailleurs par le Bourgmestre d’Ixelles.

[3] Propos tenus par Mrs Craps, Janssens et Friedmann lors de la réunion de débriefing de la 6e édition de la nocturne le 16 octobre 2009, voir Annexe 2.

[4] Mails des 16 mars 2010, 26 mars 2010, 30 mars 2010, 13 avril 2010, 14 juin 2010.

[5] Pour la réunion du 10 août 2010.

seb
Lyase
Lyase

Nombre de messages : 66

Date d'inscription : 15/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum